Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

Tout au long de sa vie, un «réalisateur» (Cette définition m’a toujours agacé, vous en expliquer la raison serait ici un peu long, je le nommerais donc : Metteur en film) rencontrera des difficultés souvent insurmontables pour mener à bien son projet. De deux choses l’une, soit il se plie comme le roseau, soit, il fait front, et dans ce cas, il a toutes les chances, face aux vents de toutes sortes, de casser et de sombrer. 
ansley rolcamrefaitbLe refuge dans l’écriture est un remède idéal. Ici pour moi, en l’occurrence, la création de romans de science-fiction ou d’anticipation m’a apporté d’immenses plaisirs et de grands réconforts.

Quel âge avez-vous ?

« On n’est pas sérieux quand on a 17 ans » Nous dit le poème d’Arthur Rimbaud.

main sur tête retoucheoffi

Si je pouvais détruire acte de naissance ou carte d’identité, sans en subir les conséquences, je l’aurais fait volontiers et sans aucun regrets !… Que je sois jeune ou plus âgé peu importe !  La notion d’âge, aujourd’hui est une véritable plaie dans notre société… Elle est liée à une identification symbolique et caricaturale.
J’ouvre une parenthèse : – Parlons de l’âge…
Ne nous voilons pas la face. Qui n’a pas peur de vieillir ? …  Je ne comprendrai jamais ces êtres qui prétendent qu’il est ridicule de lutter contre la vieillesse. Comme s’il fallait d’emblée approuver ce sort… Que la mort devait paraître comme une libération magnifique au point d’accepter de se diriger vers l’inéluctable en s’acceptant plus ou moins impotent et gaga à des âges nécessairement ordonnés ! Si certains peuples, en leurs temps, ont pu accepter cela, aujourd’hui nul d’entre-nous n’a franchement envie de disparaitre parce que l’âge se fait ressentir…
André Laborit, grand scientifique, a démontré clairement que « la vieillesse était en fait une maladie »…   Par conséquent lutter contre le dépérissement des cellules, la déliquescence en tout genre, devrait être à mon sens une priorité pour les hommes d’un futur proche. Ce qui ne veut pas dire vaincre la mort… Juste la repousser un peu… Les idéologies stagnantes stipulant que nous sommes déjà trop nombreux sur Terre sont complètement dépassées, dans la mesure où ce qui nous apparaît comme insurmontable aujourd’hui ne le sera pas forcément demain, sans oublier que nous allons coloniser inévitablement, et très bientôt, d’autres planètes…  Si cela n’est pas encore arrivé c’est bien parce que les systèmes économiques dominants ont fait en sorte pour l’instant, d’orienter la société vers un mode de consommation sans limite afin d’enrichir un peu plus quelques nantis ou dirigeants et, de rendre l’être humain définitivement consommateur et non plus acteur !…  Ce qui change particulièrement la donne… La consommation, je ne suis pas contre, tant qu’elle s’oriente vers la perfection du produit !
Pour résumer, mon seul souhait est de naviguer et de communiquer sans ambages et en permanence avec toutes les générations. Je garde cette conviction que la querelle des anciens, dits sages et démodés caricaturaux contre un « jeunisme », supposé aveugle et sans raison, est franchement et définitivement ridicule.

Vous considérez-vous écrivain ?

Absolument pas.  Je n’ai fait aucune étude littéraire… J’ai découvert des dizaines, des centaines d’auteurs connus ou inconnus… Par mon seul plaisir de découvrir ! Mon parcours est atypique et sans prétention, si ce n’est que de raconter des histoires, et à ma manière, c’est-à-dire sans subir d’influences particulières liées au genre traité.

D’où viennent vos idées ?

Mes idées sont liées souvent à l’évolution de notre société.
Manipulations politiques, idéologiques… Dogmes imposés aux dominés… Comment cette poignée d’humains, quelques riches dirigeants politiques ou dirigeants de sociétés multinationales, peut imposer à des milliards d’individus son diktat…
Je m’intéresse d’autant plus aux changements de comportements dus aux évolutions techniques et technologiques.  J’aime extrapoler sur tous ces phénomènes…